Accueil / Les chroniques littéraires de Claire / « Les reflets de Rosaline » de Marie Rozsa : attention, c’est un piège !

« Les reflets de Rosaline » de Marie Rozsa : attention, c’est un piège !

Attention à celui ou celle qui ouvrira ce roman fantastique et en lira ses premières pages. C’est un piège ! Vous serez happé(e) par l’intrigue et ne pourrez lâcher ce livre tant que vous n’aurez pas atteint la dernière page. Et si vous n’avez pas le choix, et que vos responsabilités vous rappellent à l’ordre, alors vous n’aurez qu’un pied dans la réalité, le reste de votre esprit étant tourné vers le majestueux Nathan, le bienveillant Camil, l’intrigant Vincent, la fidèle Hélorie, la douce Allana, l’hautaine Daria, le cauchemardesque Roran et bien sûr, Rosaline, la héroïne en pleine transformation, que le lecteur suivra le souffle court.

Pour ma part, en tant que lectrice sensible, les premières pages m’ont choquées. J’avais peur d’aller plus loin, j’avais peur de l’horreur que je pourrais y trouver et pourtant, comme hypnotisée mais tout en tremblant, je continuai à en tourner les pages. Puis, de plus en plus frénétiquement, mes yeux parcouraient les lignes de ces chapitres denses, me menant peu à peu à une connaissance, une compréhension de l’héroïne, au même rythme qu’elle même.

Et c’est ce qui est particulièrement intéressant d’ailleurs : nous comprenons Rose et son histoire à travers ses aventures, ses mésaventures, ses cauchemars, ses doutes.

Enfin, on ne sait jamais ce qui l’attend. Mais on vit les choses avec elle, elle qui pourrait tant être nous, avec ses blessures – qui l’affaiblissent – mais qui la poussent néanmoins à aller toujours plus loin.

Une belle leçon de vie donc, de courage, d’amitié et de confiance.

J’ai passé un moment intense et délicieux. Bravo à Marie Rozsa pour ce roman haletant, riche de détails ; son imagination est impressionnante.


Chronique littéraire par Claire Gossier

Travailleuse littéraire, j’opère autour des contes en particulier et de l’écriture en général. C’est au sein de l’association Ecriv’art : lire, écrire et conter que je m’épanouis dans mes savoirs faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top